CAP sur la COP : La Région Centre-Val de Loire déclare l’état d’urgence climatique et sociale

Partager sur

En décembre dernier, la Collectivité régionale a déclaré l’état d’urgence climatique et sociale en réponse à la menace qui pèse sur le territoire, la région, l’Etat, l’humanité et le monde naturel. Quels constats ? Quelles actions à mener ? Quelles marges de manœuvre et de progression ? Explications.

Alerte du GIEC : le constat d’un état d’urgence climatique mondial !

Alors que le GIEC a commencé en août dernier à publier une partie de son dernier rapport et que la communauté internationale se retrouvait en novembre à Glasgow à l’occasion de la COP 26, il est urgent d’amplifier les actions.

Nombre des changements relevés sont sans précédent depuis des milliers, voire des centaines de milliers d’années, et certains phénomènes déjà en cours, comme l’élévation continue du niveau de la mer, sont irréversibles sur des centaines ou des milliers d’années.

Si les activités humaines sont « sans équivoque » à l’origine du changement climatique, des réductions fortes et soutenues de dioxyde de carbone (CO2) et d’autres gaz à effet de serre limiteraient le changement climatique. Alors que la qualité de l’air en bénéficierait rapidement, la stabilisation des températures mondiales pourrait prendre 20 à 30 ans.

Le premier rapport d’évaluation du GIEC en sept ans passe en revue cinq scénarios d’émissions de gaz à effet de serre du plus optimiste à l’hypothèse du pire. 

Valérie Masson-Delmotte, co-Présidente du groupe de travail I du GIEC a déclaré que « Nous avons aujourd’hui une image beaucoup plus claire du climat passé, présent et futur, ce qui est essentiel pour comprendre ce vers quoi nous allons, ce qui peut être fait et comment nous préparer. » Elle a ajouté que « Ce rapport nous confronte à la réalité ».

S’il est incontestable que le climat change et que les activités humaines ont une incidence sur les changements climatiques, le rapport permet de saisir le rôle du changement climatique dans l’intensification de phénomènes météorologiques et climatiques tels que les vagues de chaleur extrêmes et les épisodes de fortes pluies. Détaillant des informations régionalisées compilées dans un Atlas interactif et dans des fiches, le nouveau rapport du GIEC apporte un éclairage des plus concrets sur ce que nous sommes en train de vivre et observer, où que nous habitions dans le monde.

Les actions humaines peuvent encore déterminer l’évolution du climat à venir, et comme le précise M. Zhai « Il faudra, pour stabiliser le climat, procéder à des réductions fortes, rapides et soutenues des émissions de gaz à effet de serre et ramener à zéro les émissions nettes de CO2. La limitation des autres gaz à effet de serre et des polluants atmosphériques, en particulier le méthane, pourrait être bénéfique pour la santé publique comme pour le climat ».

La Région : Chef d’orchestre de la stratégie de neutralité carbone en Centre-Val de Loire !

La France s’est donnée pour objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Les collectivités territoriales, qui ont un poids important dans les émissions de GES nationales, ont donc 2 rôles clés à jouer pour atteindre cet objectif :

  1. Viser l’exemplarité et la neutralité de leur fonctionnement interne ;
  2. Mobiliser, coordonner et être acteur de la démarche en tant que chef d’orchestre de la stratégie de neutralité carbone des activités hébergées sur leur territoire.

La Région Centre-Val de Loire s’inscrit pleinement dans cette démarche.

Engagée et mobilisée, fédératrice et aux avant-postes de l’urgence climatique et sociale, la Région a présenté le 15 novembre dernier le BILAN CARBONE du territoire Centre-Val de Loire et de la Collectivité régionale. Réalisé par EcoAct (Methode Bilan Carbone ®) et s’appuyant notamment sur les données des observatoires régionaux, ce Bilan passe en revue, par secteurs : productions, importations et consommations d’énergies.

Sur l’année 2019, le territoire régional a généré 26,6 millions de tonnes de CO2.

Pour atteindre l’équilibre visé, les actions et la mobilisation doivent s’amplifier, en se fixant des objectifs basés sur l’état des lieux complet et détaillé du Bilan Carbone.

Viser l’exemplarité et la neutralité de leur fonctionnement interne.

Dans une démarche de transition et d’exemplarité, la Région a également élaboré un PLAN DE TRANSITION qui comporte 30 actions pour réduire l’empreinte carbone de la collectivité. Il s’agit d’engagements concrets portés en interne.

La Région déclare l’état d’urgence climatique et sociale !

Votée en session plénière de décembre 2021, la Déclaration de l’état d’urgence climatique et sociale portée par la Région se veut une réponse à la menace qui pèse sur notre territoire, notre région, notre Etat, l’humanité et le monde naturel.

Par cette Déclaration, le Conseil régional s’engage à :

  • Informer et former par tous les moyens possibles les habitants de la région sur la situation et les effets écologiques et sociaux du dérèglement climatique et des crises écologiques ;
  • Intégrer l’urgence climatique, écologique et sociale dans toutes les politiques publiques ;
  • Engager une transition exemplaire de la Collectivité ;
  • Faire de la prospective permanente autour des vulnérabilités, avec la préoccupation de la justice sociale, à la fois pour l’atténuation mais bien aussi d’ores-et-déjà pour l’adaptation ;
  • Intégrer directement les citoyens et acteurs de la société civile organisée dans ses décisions ;
  • Coopérer avec les territoires de la région et au-delà ;
  • Être une porte-parole de la nécessité d’engagements plus concrets et rapides auprès de l’Etat, de l’Union Européenne et des instances et organisations concernées par le dérèglement climatique. Continuer d’agir pour que la voix des territoires et des citoyens soient mieux prises en compte dans les processus de négociation mondiale autour du climat.

Centre-Val de Loire : depuis 2019, l’expérience d’une COP à l’échelle régionale

Sur le territoire régional, des projets exemplaires étaient d’ores-et-déjà initiés en faveur du climat et de la transition énergétique. Afin d’intensifier les actions et pour développer et amplifier une mobilisation collective, la Région Centre-Val de Loire, en tant que chef de file “climat” à l’échelle de son territoire, a lancé en 2019 une COP régionale. Dans le même esprit que la COP internationale, il s’agit d’aboutir à un accord biennal réunissant les engagements des acteurs du territoire, habitants, collectivités… pour atteindre des objectifs partagés, afin de rendre les scénarios opérationnels et de corriger les trajectoires. Ces engagements pris devront permettre de participer collectivement à l’atteinte des objectifs régionaux, avec la mobilisation de tous. Fruit d’une mobilisation sans précédent des citoyens, entreprises, associations, collectivités, structures parapubliques et publiques, centres de recherche et/ou de formation durant 18 mois, le 1er Accord COP Centre-Val de Loire a été signé en février 2021 par le Conseil Régional, l’ADEME Centre-Val de Loire, WWF France et la Banque des Territoires. Il s’agit d’une étape importante afin de transformer nos ambitions collectives en des actions concrètes. La COP vise l’implication de tous les acteurs de la région face au défi climatique, maintenant et sur le long-terme.

La Newsletter de la COP Région Centre-Val de Loire

Inscrivez-vous à la newsletter de la COP
En partenariat avec
Banque des territoires
ADEME - Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie
World Wild Forest
ACTE - Assemblée pour le climat et la transition énergetique